Ice and Fire–le vernissage, la stratégie de vente…


Je suis disparue de la carte 24h après mon vernissage…enfin, j’étais bien plongée dans mes affaires à Shanghai mais je n’ai virtuellement pas donné signe de vie, ni à mes amis ni à mes parents. La raison est fort simple: le train est parti et je suis dedans! J’avais toute une journée samedi, entre autres en recevant mon mentor M. Peng à la galerie, au lendemain de mon vernissage. Ceci, sans compter la pression qui resdescend, le décalage horaire dont je me remets enfin, le cerveau et le coeur qui s’ajustent pour tout débreffer l’information, les compliments, l’énergie que j’ai reçu vendredi soir.

Comment c’était? Je préfère vous donner les mots que mon chum a mis dans un courriel pour ma famille samedi soir:

‘Juste un petit mot pour vous dire que la soirée s’est super bien déroulée hier. Plein à craquer et une première toile vendue.

Stef a fait un beau discours en français, anglais et mandarin. Elle s’est endormie dans son assiette ce soir (j’avais fait d’excellents escalopes d’ailleurs), elle vous donnera plus de nouvelles demain’

Tsé, une fille dépassée par les événements? C’est moi! J’arrive pas encore à décrire c’est comment. On m’a demandé de produire un article pour une revue sur le Web et le délai c’était vendredi matin, soit quelques heures avant le vernissage. Vous avez là une idée du ‘jour d’après’. Mais il manque quelque chose que je ne pouvais pas anticiper au moment de la rédaction: les sensations. Toujours et encore les sensations (émotions, sentiments, ‘le ressenti’). http://www.smartshanghai.com/myweekender/stefanie-vallee

Attendez que j’y replonge… L’image que j’ai d’imprégnée est l’ancien directeur du Musée de Shanghai qui fait son discours à ma gauche, en parlant de mon travail. La galerie est pleine à craquer, je vois du monde qui continue d’entrer. Je suis heureuse, mais aussi mal à l’aise de recevoir des louanges devant tant de gens…mes genoux tremblent. Tsé la fille qui a fait des centaines de conférences devant encore plus de monde que ça et qui est toujours en contrôle…et bien là, je ne l’ai pas le contrôle. Je ne me rappelle pas avoir été autant nerveuse devant une foule. Alors je me concentre sur ma respiration, j’arrête d’écouter ce qui se dit, je contracte mes cuisses pour que mes jambes ne me lâchent pas. Et puis je me connecte sur mon discours, car mon tour s’en vient…

J’ai fait mon discours en trois langues en commençant en français, à la grande surprise des Québécois présents je pense, car j’ai senti un ‘oh!’ venant d’eux dans la foule. J’ai remercié tout le monde pour leur appui, et je le refais ici sur mon blogue. On accomplit rien seul. C’est avec le support de ma gang de filles de thé chinois, celui de mon chum et de la galerie que cette exposition a lieu. J’ai omis de remercier Lee! C’est elle qui m’a présentée à Lily…aujourd’hui, je dois faire quelques appels de remerciements, sans faute. Puis, le discours en anglais, où j’ai parlé du sommet de la montagne et du fait que les gens, d’une poignée de main à l’autre dans mes rencontres de réseautage, m’on conduit au sommet…et qu’il y en aura d’autres. Finalement, en chinois, j’ai dit que lorsque je suis arrivée à Shanghai, je ne savais pas s’il y aurait du monde qui se présenterait, le jour où évantuellement je ferais mon vernissage. J’ai dit que ce soir, j’ai ma réponse et que je suis très reconnaissante de la présence de tout ces gens.

Puis, il y a eu les félicitations, les compliments, les sourires, les questions d’acheteurs intéressés…certains qui ont décidé de prendre le temps pour y penser et puis un acheteur! Un Suédois. La glace est brisée. Maintenant, c’est le feu qui doit prendre place. Que tout ces tableaux trouvent preneur, pour notre plus grande réussite à Lily, son équipe et moi. Ce sont des gens extraordinaires et  la somme de travail qu’ils font pour transformer cette exposition en succès–sans garantie et gratuitement, je tiens à le dire– est admirable. Ils ont besoin de moi et j’ai besoin d’eux. Alors on fait équipe pour que l’expérience soit mémorable, autant pour les clients que pour nous mêmes. Comme le dit la chanson, ‘C’est pas fini, c’est rien qu’un début et c’est le plus beau des commencements’.

Voir les photos de l’événement: http://www.facebook.com/?sk=messages&tid=1288707469905#!/pages/Stefanie-Vallee/10150145756345570?ref=sgm
Articles publiés sur mon vernissage: http://www.creativehunt.com/shanghai/events/2011-3-Ice-and-Fire
Article sur l’après vernissage  http://www.smartshanghai.com/myweekender/stefanie-vallee

La stratégie de vente
Aujourd’hui, nous avons enregistré un record de ventes à la galerie. Nous avons vendu dix tableaux! Depuis le début de l’exposition, les ventes allaient vraiment bien, avec un rythme constant. Notre objectif au départ était de tout vendre, en misant sur la transparence et un service personnalisé. Nous avions fixé le montant que nous voulions atteindre, avec une échelle de prix accessible pour les professionnels. C’était important pour moi de me situer dans cette braquette, car mon réseau est constitué essentiellement de ce marché et donc, j’estimais mes chances meilleures de vente en respectant leur capacité d’achat. Aussi, je tenais à ce que ma clientèle (ou la clientèle potentielle) se sente priviliégiée dans son expérience à la galerie. C’était donc essentiel pour moi que l’on crée pour eux des privilèges. Donc, tous les gens (environ 120) qui se sont présentés le soir du vernissage ont eu droit à :

  • Un rabais le soir du vernissage
  • Un courriel d’information où j’ai fait un résumé des questions et réponses qu’on m’a le plus posées le soir du vernissage. Comme par exemple ‘combien de temps ça me prend compléter une oeuvre’. Le courriel contenait aussi, il va sans dire, une note de remerciement et la liste des activités que nous avons créés pour animer l’exposition tout au long du mois : démonstrations en public, tour de la galerie en privé avec ‘l’artiste’, séance d’information en anglais et chinois sur comment regarder un tableau et reconnaître les qualités artistiques et techniques d’une oeuvre et finalement, ateliers Peindre sans pinceau.
  • Une lettre d’information avec un compte-rendu des ventes et témoignage des acheteurs, avec photos. Nous avons aussi mis un extrait du discours de Christopher Zhu à la soirée d’ouverture, qui rendait hommage à la qualité de mon travail (quel honneur venant de cet homme)
  • De plus, nous avons été à l’écoute des demandes de nos clients et on s’est ajustés au niveau des promotions ou des activités, d’après leur feedback

À ce jour, on peut dire que notre stratégie porte fruits: nous sommes rendues à 70% de notre objectif de vente et il nous reste deux semaines pour atteindre le 100%. Lily, Yantao, Professeur Son et moi croyons que c’est possible. Pour y arriver, je dois créer d’autres oeuvres. Car celles qui sont vendues ont un petit collant en point rouge, apposé sur le coin du cadre. Présentement, les visiteurs nous demandent d’acheter des tableaux qui sont déjà vendus…alors on a commencé à prendre des commandes. Cette semaine, je vais sélectionner d’autres tableaux que j’ai à mon atelier en plus de donner un blitz pour en finir d’autres qui sont amorcés. On veut renouveller 50% du contenu actuel de la galerie, et donc, on invitera nos invités qui étaient à l’ouverture à venir faire une autre visite.

Honnêtement, c’est un scénario de rêve que je vis. Disons que tout cela demeure à petite échelle, dans le sens qu’on n’enregistre pas des millions au comptoir caisse. Mais si on considère qu’au départ, on prenait plusieurs risques et qu’on ne savait pas si nos décisions aller être les bonnes, on peut dire que ce qu’on vit en ce moment est une réussite.

Parmi les risques, il y avait le choix des tableaux. Il n’est pas commun dans une exposition de présenter deux styles, voire trois, pour un même artiste. Certains diraient que ça ne se fait pas. Nous l’avons fait en présentant des tableaux qui sont des ‘études’ (de petits tableaux où j’expérimentait le langage de l’art abstrait), des tableaux à l’aquarelle qui sont des paysages canadiens (ça, on m’avait dit de ne pas faire en Chine) et, des tableaux contemporains de technique mixte (ce que je n’avais jamais vendu auparavant puisqu’ils ont pris naissance en Chine). Bref, trois styles, mais toujours la même technique qui consiste à peindre sans pinceau.

Un autre risque était de s’adresser à deux clientèles distinctes avec la même approche de vente. La clientèle étrangère et bien entendu, les Chinois. Les étrangers, de tout acabit à Shanghai, ont des comportements d’achats différents des Chinois. De part leur culture, ils sont pour la plupart initiés à l’art, à son commerce, aux galeries. Plusieurs ont déjà fait l’achat de ce produit de luxe par le passé, comme l’achat de tableaux. Tandis que chez les Chinois, l’art occupe une nouvelle place dans leur réalité après la révolution culturelle, donc, leur connaissance de l’art est limitée pour le moment. Il y a beaucoup d’éducation à faire, en commençant par leur expliquer à quoi ça sert un tableau. Ne vous méprenez pas, ils ne sont pas stupides. C’est seulement que les nouveaux ‘riches’ (dans certains cas TRÈS riches), se son fait dire qu’on achète des tableaux quand on a de l’argent, comme on achète un sac Louis Vutton ou une Mercedez. En d’autres mots, pour les Chinois en général, la possession de l’art est une manière de prouver son statut, comme un acte rationnel. Tandis que pour les Occidentaux, l’achat est plutôt émotif. Nous n’avons pas encore vu d’acheteurs impulsifs chez les Chinois (et historiquement à la galerie non plus) depuis le début de l’exposition. Tandis que c’est arrivé avec des clients occidentaux, comme ce fut le cas avec la cliente de New-York qui a acheté le tableau Fire Woman. Elle était en voyage d’affaires à Shanghai  et elle est tout de suite tombée en amour avec cette oeuvre. Une demi-heure et c’était fait, elle venait de l’acheter. Quel bonheur pour moi, en tant qu’artiste! Ce soir, avant de fermer boutique, on s’est pris un petit verre de Brandy, Lily, Yantao et moi. On a fait un toast à la moitié du chemin qu’on a franchi ensemble, à notre journée record de ventes, à notre cumul des ventes qui totalise 70% du but à atteindre. On fait relâche jusqu’à mardi, car le lundi la galerie est fermée.De mon côté, demain, j’ai une visite à disons l’équivalent de l’ENAP à Shanghai, le Community College, où je vais exposer tout de suite après mon expo actuelle. J’ai aussi d’autres opportunités sur la table, mais il est trop tôt pour en parler. La prochaine expo aura lieu du 9 avril au 24 avril et je ferai une conférence le 24, avec démonstration en public, devant une audience chinoise. Quelle belle aventure! Vos commentaires et suggestions?

Publicités

9 réflexions sur “Ice and Fire–le vernissage, la stratégie de vente…

  1. Bravo !!! ma belle stéfanie, tu mérites tout ce qui t’arrives …. Bisouxo à toi et ton chum …..

    Bravo …Bravo et encore Bravo xxx

  2. Hi Stefanie – I was in your workshop 2 years ago and will be in this year’s workshop at GAAA. You will be in my townhouse at the Homestead. Do you need or have transportation? Looking forward to seeing you. Harriett Mittelberger

  3. WOW! Très fière d’être une des filles que tu as déjà fréquentée au primaire…Je sens plein de sourires et de joie se diriger vers toi pour que tu puisse continuer ton merveilleux travail…Soit de nous émerveiller!!

  4. Ce fut une grande joie de venir a ton vernissage ma chere Stefanie. Quel succes! Mes amis ont etes tres heureux d’avoir assistes a ta belle demonstration… Je te souhaite plein de succes pour tes prochaines ventes. A bientot.

    • Bonjour Angèle, contente d’avoir de tes nouvelles! Merci pour ton appui. Le succès, je pense que le crée au jour le jour.

  5. Merci de nous tenir informés de ta démarche et de ton succès. Tu nous fais la démonstration que la diffusion d’un art est un tout : il faut que le principal (dans ton cas, l’exposition) soit accompagné et soutenu par un ensemble d’activités avant, pendant et après l’évènement principal. Je me servirai de cet enseignement pour mon propre cheminement dans l’écriture. Merci encore! Je suis heureuse pour toi.

    • Merci Esther de ton appui. Tu sais que tu as toujours le miens pour tes projets d’écriture. D’ailleurs, je serais bien heureuse d’en entendre parler davantage! 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s