Chapitre 3 ou, la 3e année qui commence


J’ai tellement de choses à dire, par où commencer? Une lectrice m’a laissé un message (merci d’ailleurs à tout ceux qui prennent le temps de le faire, je les lis tous et y réponds même si ça prend parfois un peu de temps!) par rapport à ma rencontre avec le cordonnier (Retour dans la grisaille). Ce texte , je l’ai écrit il y a environ… 15 mois? En date d’aujourd’hui, le 28 octobre 2010, un événement important s’est produit. On s’entend, ce n’est rien qui va révolutionner le monde ni qui va me transformer comme individu. Mais c’est important, parce que dans ma planification initiale, en arrivant ici, j’avais établi que quand je serais rendue à cette étape, je pourrais regarder derrière et apprécier le chemin accompli avant de poursuivre. C’est ce qu’appellent les Anglais un ‘milestone’, un genre de repère qu’on lance en avant de soi et que, lorsqu’on l’atteint, prend toute sa dimension.

Cette étape, c’est le premier article de journal publié en Chine sur mon travail. Un portrait signé par Zhi Wei, du Global Times, le journal anglophone le plus ‘ôsé’ si on considère la censure dans les médias qui a cours ici. Des articles de journaux, j’en ai eu plusieurs publiés sur mon parcours d’athlète au Canada, quelques uns sur mon parcours d’artiste, quelques uns aussi aux États-Unis par rapport à mes conférences et mon enseignement de la peinture. Vu de l’extérieur, un article c’est un article. Vu de mon côté du monde, un article dans une publication en Chine, quelle qu’elle soit, ça a de la valeur. La valeur, c’est celle de tous mes efforts posés avec la même intention : celle de vendre mes tableaux en Chine et de commercialiser mon travail ici. Bon, en ce qui concerne la véracité du portrait que la journaliste trace de moi, j’ai quelques précisions à apporter. Tout d’abord, mes excuses à mes parents et à mes amis. D’après l’article, mes parents ne m’auraient jamais supporté et je n’ai pas d’amis! Je n’ai eu aucune question sur le support de mes parents et j’ai répondu à une question sur mes amis en disant que j’ai toujours les mêmes, depuis le primaire, je lui ai même montré des photos (de mes parents aussi d’ailleurs)…pour ce qui est de mes parents, ils m’ont toujours supporté sans condition dans toutes mes démarches et c’est d’ailleurs eux qui ont jugé bon de m’inscrire à des cours de dessins aux Soeurs du Bon Conseil quand j’avais 9 ans. Le portrait qu’on dépeint de moi est plutôt dramatique mais bon, comme ce n’est pas la première fois que donne une entrevue, et que ce n’est pas la première fois non plus que ce qui est écrit n’est pas fidèle à la réalité, je ne m’en fais pas trop avec ça. Je prends l’article avec un grain de sel, dans la mesure où personne n’est attaqué personnellement. C’est la ‘game’ des médias quoi, celle où peu importe l’endroit où on se trouve dans le monde, on aime rendre les gens vulnérables et honorables à la fois. Anyway! En passant, je sais très bien pourquoi je peins, la journaliste n’a pas entendu ma réponse je crois: parce que j’en ai besoin pour m’exprimer, ça me sort des trippes depuis que je sais tenir un crayon. Ça commencé à trois ans, ça pas lâché. Cela dit, ZhiWei a été très aimable avec moi et de bonne foi je crois. Enfin, lisez l’article et faites-moi part de vos commentaires.

J’ai plein de choses à dire sur la vie d’expat, les chances de réussites à l’étranger et le ‘reality check’, les opportunités réelles versus les préconceptions, l’apprentissage de la langue, la découverte d’autres cultures, mon travail d’artiste, mes rencontres et les invitations que j’ai reçues, celles à venir. J’aurai des choses à dire sur mon prochain voyage au Népal et la course de kayak extrême que j’y ferai…sur mon prochain voyage à Hong Kong pour le coaching, sur mon implication bénévole à Shanghai… mais voilà, je commence à manquer de temps. J’ai retardé mes posts depuis cet été parce que les choses commencent à bouger pour moi. Favorablement. Sans crier au succès, je peux dire que je suis sur la voie de la réussite. Mais encore, il faudrait que je définisse en quoi ça consiste pour moi ‘réussir’. Alors oui, j’ai plein de choses à dire. Mais QUI ça intéresse? Je vois le flot des lecteurs sur mon blogue, les statistiques des textes les plus lus et je me demande : qu’est-ce que les gens viennent chercher ici finalement? Qu’est-ce qu’on attend de chaque lecture faite sur mon blogue? Qui lit? Donc j’ai pensé faire un petit sondage. Question de m’aider dans le développement de ce partage que je fais et de mettre à jour ma liste d’envoi.

Voici le lien pour y répondre. Je vous remercie à l’avance : http://www.surveymonkey.com/s/BQ6XZ72

Chaque commentaire, impression, suggestion seront pris en compte, sans toutefois modifier cette intention que j’ai de partager mon parcours, dans le but de toucher, grandir et peut-être aussi d’inspirer.

L’article paru dans le Global Times à Shanghai aujourd’hui

voir ma page facebook pour le dernier événement auquel j’ai pris part comme artiste invitée: http://www.facebook.com/pages/Stefanie-Vallee/10150145756345570?v=app_2392950137#!/pages/Stefanie-Vallee/10150145756345570?v=wall

Publicités

4 réflexions sur “Chapitre 3 ou, la 3e année qui commence

  1. I had been thinking that with internet connectivity being an expat today would be so easy as compared to 20 years ago when I was an expat. But your description in the article is exactly what I and everyone I knew went through.

    BTW I saw Francios St Aubin a few weeks ago. He seems to be doing very well.

    Ken

    • I guess that is what we call ‘avoir le mal du pays’, where all your bearings must be reassess. I am reading a book right now about 40 women who made a lfe and career transition in Asia. And guess what, we are all experiencing the same kind of feelings. How empowering it is when you can cope with that ambiguity and reclaim your right to feel in balance, after several months. Thanks for your input Ken, I did not know that we also had this in common.

  2. Allo mon idole,

    Désolée, ça fait longtemps, la vie se charge de bousculer le temps et il file à toute vitesse. Moïra et moi pensons souvent à toi et on se tient au courant en te « googlant ». On est sur « Facebook » aussi.

    Nous sommes très fières de toi de notre beau « Beauport ».

    BisousXXXXX

    Moïra et Claudine

    • Heureuse d’avoir de vos nouvelles par l’entremise de mon blogue. Idole, c’est pas un peu fort?! Bon je sais que Claudine, tu aimes ça à 3 pis 4 étages…je prends ça avec un grain de sel. Mais pour ce qui est de l’attachement, ça me remplit de bonheur et c’est réciproque. Bises à vous deux.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s