Quatre jours à Tokyo




Séjour dans le futur

Les reconnaissez-vous?

Vous voulez savoir à quoi auraient ressemblé nos super héros en 2010? Les Superman, Superwoman, la Femme Chat, Hulk et les autres? Un détour au musée des arts de Tokyo vous en donne une image saisissante, en cire et en os. Pas besoin de dire, lorsque nos personnages mythiques, faisant  partie de notre réalité collective, sont rendus au musée, c’est qu’ils sont classés comme étant choses du passé. Les super héros de demain en occident, peut-être, ou plutôt ceux du présent dans la ville « la plus 21e siècle » que j’ai visitée cette année ce sont les mangas. Elles sont partout; elles vendent des produits sur les affiches publicitaires, dans les machines des casinos, elles marchent dans les rues avec la nonchalance de la nouvelle génération excentrique japonaise.

12 millions d’habitants cohabitent dans la mégapole sans la moindre levée de poussière. Tout y est bien rangé, on marche à droite ou à gauche du trottoir, suivant pas à pas les icônes au sol, selon qu’on soit seul ou accompagné, à pied ou à vélo; on attend le train au bon endroit sur le quai, selon qu’on soit une femme ou un homme; on salue poliment en toutes circonstances, à l’épicerie comme dans les grands restaurants et on traverse les intersections par milliers de personnes, sans agent de circulation qui siffle à tue-tête à tout moment. Ah, et surtout, chose fort appréciable, tout se déroule sans heurts. Pour un contraste avec la Chine, en particulier Shanghai, c’en est tout un. Le train haute vitesse roule à la hauteur du 5e étage des édifices qui jonchent son parcours, donnant aux passagers l’impression de voler dans la ville, d’une station à l’autre. Les devantures de commerces sont décorées soigneusement de lanternes et de plantes, les rues sont propres tellement que j’y aurais mangé par terre, l’architecture est judicieusement recherchée. À l’instar de Dubaï qui semble avoir misé sur l’aspect spectaculaire de ses édifices au détriment d’un plan d’urbanisation convivial pour les urbains, ou encore à l’instar de Shanghai qui se précipite à entrer dans le 21e siècle en démolissant tout le patrimoine chinois et en construisant à la va-comme-je-te-pousse une ville nouvelle (pardon, la portion de la ville d’expo universelle Shanghai 2010 n’est pas touchée par ce commentaire, la seule), Tokyo est le résultat d’une vision établie et bien pensée du futur. Ce futur, imaginé il y a 10 ans peut-être et qui, aujourd’hui, est animé par une âme réelle. Je dirais tout simplement, avant de vous présenter les photos que j’ai prises : Tokyo la belle, Tokyo l’harmonieuse, Tokyo où il fait bon vivre…Mais ne rêvons pas trop, comme dans tout grand centre, le prix des loyers est exubérant. 2000$ pour un 500 pieds carrés –en location. C’est plus cher qu’à Shanghai du double. Après tout, Tokyo c’est la ville où il coûte le plus cher au monde pour vivre.

Le marché aux poissons Tsukiji

Toutes les recherches sur le Web et les guides touristiques le disent : chaque jour, entre 5h et 9 h le matin, 2 500 tonnes de produits de la mer transitent dans ce plus grand marché aux poissons de la planète.  À 4 heures du matin, bien avant que le jour ne se lève, les marchands déchargent des poissons provenant des quatre coins du globe : des thons de Guam, des saumons de Norvège, des shishyamo, une espèce proche du capelan, d’Islande, des saumons argentés du Chili, des crevettes d’Inde, des poulpes d’Afrique. Presque toutes les espèces en vente dans le monde se trouvent à Tsukiji. 1500 commerçants qui, pour la plupart, vendent au détail. La main-d’œuvre se bouscule dans les allées étroites, emportant les bras surchargés des caisses de styromousse remplies des trésors de la mer.

Les allées de ce marché, qui fait 22 hectares, sont bondés d’acheteurs, que ce soit des commerçants, des résidents de la place ou des touristes comme moi. Caméra au cou, 6h du matin, je débarque en taxi au marché. Outre le choix et la taille impressionnante de certains poissons et fruits de mer, je me suis retrouvée étourdie par l’incroyable frénésie qui y règne. L’atmosphère est littéralement incroyable, ça bouge dans tous les sens, les allées principales sont parcourues par de petits véhicules qui y circulent à vive allure. J’essayais de me tenir le plus possible en dehors de leur chemin mais vraiment, dans tous les sens, il y avait toujours soit un marchant pressé, les bras remplis, à qui je pilais sur les pieds ou un autre véhicule qui arrivait tout droit sur moi. Je cherchais le site de l’encan où, dit-on, on peut acheter du thon à 2 000$ la livre et plus  (par curiosité, rassurez-vous). Mais à l’entrée, l’enseigne disait vrai : les jours précédent le Nouvel An sont trop achalandés pour que les touristes aient droit à ce spectacle, normalement qui se déroule à ciel ouvert, vers les 5h du matin à tous les jours.

Café Amikame

Dans les ruelles du marché extérieur de Tsukiji, entre les boutiques de vaissellerie et d’articles pour la cuisine,  entre les détaillants de poissons et algues séchés, j’ai déniché un tout petit café. Grand comme un mouchoir de poche, il y règne une ambiance accueillante bien imprégnée où apparemment rien n’a changé depuis des années. C’est cette ambiance et l’air convivial de la vieille femme derrière le comptoir en bois qui ont attiré mon attention. Mme Matura Hatsue, qui tient boutique depuis 1955, ne sert que du café ou du lait.

Tokyo à vélo

Après m’être enivrée de l’énergie effervescente des rues de Tokyo la nuit –spectacle encore plus impressionnant qu’à Hong Kong parce qu’à perte de vue, j’ai visité la ville à vélo pendant un après-midi avec mon conjoint et deux guides japonais. Une excursion qui m’a fait tomber en amour avec Tokyo. J’ai roulé dans les rues de la ville plus facilement qu’à Montréal (Shanghai on en parle même pas, c’est une vraie cascade) et j’ai découvert la plage, les petites rues et les quais qui jonchent la ville.

Mont Fuji

Je l’ai observé dans toute sa splendeur, sa force, sa prestance. Il m’a surpris par sa hauteur, lui qui fait 3776 mètres. À ce qu’il parait, l’eau embouteillée de Fuji met 100 ans avant de se rendre à la source, le temps qu’elle fonde, passe par la montagne et en ressorte purifiée. Ah! La belle neige! Comment un amateur de ski comme moi peut regarder ce mont sans se voir dévaler en downhill le flanc à droite sur la photo…chose interdite en passant. Trop dommage, j’ai été sincèrement tentée. Mais on a le droit que de faire l’ascension du mont Fuji et la descente à pied. En été il fait -5 là-haut. En hiver, -30.

L’intersection la plus achalandée au monde

On l’a traversé une fois, deux, trois, quatre, cinq fois. Toujours autant de monde, toujours le même buzz. On se dit : Wow, on est à Tokyo!

Intersection à la sortie du métro Shibuya

Un bateau dessiné par un Bédéiste

Un beau clin d’oeil pour dire que les artistes, qu’ils soient du monde du multi-média, de la sculpture, de la peinture et même de la B.D., comme dans ce cas-ci, peuvent contribuer par leur vision à l’enrichissement du paysage urbain. Ce bateau a été dessiné par un des plus populaires bédéiste de mangas au Japon.

En vrac

Voeux du Nouvel An

Mes meilleurs voeux à tous les lecteurs. Je vous souhaite que 2010 soit une année de découvertes, de passion, d’émerveillement, d’énergie positive et d’amour de la vie!

Publicités

4 réflexions sur “Quatre jours à Tokyo

  1. Bonjours mme Stéfanie Vallée … J’ai regarder vos peinture , Et ils sont magnifique 🙂 … Et si vous me conaisser pas … Et bien moi je vous es rencontrer dans mon école … a St-Raphael .. l’école la Source . vers la fin de votre présentation il restait juste moi et mais copine .. Vous nous avez chanter une merveilleuse chanson !! … bon ..alors je vais vous laisser … Si vous voulez-mon adresse E-mail c’est : coolkat_14@hotmail.fr … Alors vous pourez me parler .. Bonne journer

    kathy Picard
    Au plaisire de ce revoir ( un jours peut etre )

  2. Bonjours mme Stéfanie Vallée … J’ai regarder vos peinture , Et ils sont magnifique … Et si vous me conaisser pas … Et bien moi je vous es rencontrer dans mon école … a St-Raphael .. l’école la Source . vers la fin de votre présentation il restait juste moi et mais copine .. Vous nous avez chanter une merveilleuse chanson !! … bon ..alors je vais vous laisser … Si vous voulez-mon adresse E-mail cest titnoe23@hotmail.com byebye et vous chanter tres bien

  3. Bonjour Noémie,

    Je te remercie pour tous ces compliments. Je tiens surtout à t’encourager à donner le meilleur de toi à l’école et de te consacrer à une passion.

    C’était une très belle visite que j’ai faite à ton école, merci encore à toi et tes camarades pour votre accueil.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s